Le projet « AIDE » pour faciliter la pré-insertion et l’insertion de 3000jeunes

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale , Octave Nicoué BROOHM a animé mardi à Lomé, une conférence de presse à l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) sur le programme Appui à l’insertion et au développement de l’embauche (AIDE), en présence des journalistes.Cette rencontre s’est déroulée en présence des responsables en charge du Programme du volontariat national (PROVONAT), un projet initié et mie en exécution par le ministère Développement à la Base , de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes.Le programme AIDE, selon Amoussou Comlan Edmond, directeur de l’ANPE vise à faciliter la pré-insertion et l’insertion de plus de 3.000 jeunes, de 18-40 ans, surtout les primo-demandeurs d’emploi dans les entreprises privées es et parapubliques. »Ce programme est fondé sur le principe de stage dans les entreprises privées et parapubliques est rémunéré par l’Etat, et les entreprises d’accueil prendront en charge l’assurance risques professionnels dans une proportion de 2,5%. Le programme offrira un stage rémunéré de six mois (06) renouvelable une fois, soit douze (12) mois au plus, aux bénéficiaires qui sont des stagiaires rémunérés en termes d’indemnité mensuelle représentant près de 70 % du niveau de salaire en cours dans la Fonction publique », a-t-il expliqué.Selon lui environ 1,435 milliard de francs Cfa ont été consacrés à la phase pilote (trois ans) de ce programme, avec déjà 420 millions Cfa inscrits sur la loi de finances gestion 2011. »Une phase active d’une durée à déterminer interviendra après évaluation de la phase pilote.Au travers de ce programme, les bénéficiaires pourront acquérir une expérience directe au sein des entreprises en qualité de stagiaires, en renforçant leur employabilité pouvant les aider à surmonter dorénavant le manque d’expérience qui les recale à leur embauche. Sont concernés par ce programme AIDE des diplômés sortis des universités, des écoles et établissements de formation professionnelle », a-t-il souligné.Selon le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale , Octave Nicoué Broohm, le programme « AIDE », dont le Premier ministre, Gilbert Fossoun Houngbo a présidé la cérémonie de lancement il y a quelques jours et le Programme de volontariat national (PROVONAT) apportent une réponse précise à un aspect particulier de la crise de l’emploi des jeunes. »La question de l’emploi est par nature complexe et transversale. De ce fait, toute approche de solution la concernant, doit, pour être efficace. C’est la raison pour laquelle la synergie entre nos deux départements doit être nourrie jour après jour par des actions communes et des passerelles permanentes d’échanges d’informations et de stratégies. Le PROVONAT que gère le ministère du Développement à la Base , de l’Artisanat, des Jeunes et de l’Emploi des Jeunes est un programme original destiné à combattre les effets de la lancinante crise de l’emploi des jeunes. De ce fait, le PROVONAT, en plus d’être un programme social, se double d’une dimension morale qui fait sa richesse et sa spécificité. Quant au programme AIDE, sa conception est motivée par une réalité qui réduit les perspectives d’insertion des jeunes diplômé s dans notre pays », a-t-il précisé.Selon lui, le constat de la pérennité du chômage des jeunes, par l’absence d’expérience professionnelle exigée par les employeurs dans les offres des postes à pourvoir, est aujourd’hui largement partagé. Cette situation, par sa répétition, amène le jeune d’aujourd’hui à devenir le chômeur de « longue durée de demain ». »Pour donner une chance aux primo demandeurs de 18 à 40 ans, le gouvernement a initié le programme AIDE voté par la Représentation nationale le 15 février 2011 dans le but de placer les bénéficiaires dans une position de pré insertion à travers des stages rémunérés. Il s’agit d’un partenariat public/privé original. Le gouvernement prend la responsabilité d’assurer l’ensemble des indemnités de stage à un fort pourcentage du salaire en vigueur dans la Fonction publique, tandis qu’il sera demandé au secteur privé de garantir les charges sociales à la couverture des risques professionnels », a souligné le ministre.

Le programme AIDE ouvre donc selon M.Broohm, un immense chantier puisque environ 3.000 jeunes en seront bénéficiaires sur la période pilote 2011-2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s