POLITIQUE:Le projet de loi relatif aux manifestations sur la voie publique

 

Bodjona partout dans la presse

Le projet de loi fixant les conditions de la liberté de réunion ou de manifestation sur la voix publique ou dans les lieux publics, suscite toujours la polémique au sein de l’opinion publique nationale. Afin de clarifier cette dernière sur le nouveau régime des réunions de manifestations sur la voix publique et en dehors des lieux publics, le Ministre de l’administration territoriale et porte-parole du gouvernement, a rencontré jeudi 10 mars dans son cabinet, la presse nationale et internationale, pour éclairer les journalistes sur la problématique. M. Pascal Bodjona s’est également prononcé sur la question de fermeture des trois radios privées » Cliquez la photo pour l’agrandir Réunions de manifestation au Togo : dans quelles conditions l’exercer ? Le gouvernement, quant à lui, veut mettre des garde-fous et le sujet défraie la chronique depuis quelques temps. En vue d’apporter des éclaircissements sur l’adoption de cet avant-projet de loi et donner les raisons qui sous-tendent cette démarche, que plus d’un togolais qualifient de liberticide, le Ministre de l’administration territoriale et porte-parole du gouvernement, était face à la presse jeudi 10 mars. « Apres l’adoption, le 02 mars dernier, de cet avant-projet de loi en Conseil des Ministres, il y a des incompréhensions qui ont été rapportées par des médias. Alors, il urge de vous dire l’esprit dans lequel le texte a été initié et voir également les dispositions de cet avant-projet de loi qui peuvent être jugées contraire aux principes et aux normes en matière de respect des droits humains », a-t-il expliqué. Pour bon nombre de citoyens togolais, le gouvernement est dans une logique de mettre fin à la liberté de manifestation, compte tenu du contexte actuel et plus loin, le vent de magrheb. « Ce texte a été étudié bien avant ce qui se passe ailleurs en matière de révolution. La peur de l’inconnu, c’est ce qui peut justifier l’inquiétude. Y a-t-il un moment opportun pour mieux faire ? On peut toujours mieux faire », a déclaré M. Bodjona. Pas de logique d’interdiction, selon Pascal Bodjona, à l’entendre dire : « Ne pensez pas que l’Administration territoriale est la force qui interdit sans motif valable, sans base légale. Le moment nous semble venu pour que nous puissions trouver des solutions claires par rapport à la gestion approximative des manifestations. S’il doit y avoir d’interdiction, que la loi le précise ». Faisant un petit rappel, le ministre Bodjona a souligné que : « Le 08 décembre dernier, s’est tenu un atelier de réflexion sur le cadre juridique relatif à l’exercice du droit de réunion et de manifestations pacifiques au Togo, initié à l’intention de représentants des partis politiques et de la société civile, ainsi que le comité qui a été ensuite mis en place. Les membres de ce comité dont un représentant de l’ANC ont tous apporté des contributions pour la rédaction de ce texte ». Au cours de la même rencontre, le ministre de l’Administration territoriale s’est prononcé sur la question de fermeture des radios privées de la capitale, un des sujets brûlants dans l’actualité togolaise. Réagissant par rapport à ce sujet, M Pascal Bodjona rejette l’accusation selon laquelle, son cabinet serait responsable de la traîne des dossiers de délivrance de récépissé à ces trois radios. Il demande aux uns et aux autres d’envoyer des propositions au gouvernement. « Je voudrais dire avec force qu’aucun dossier de ces radios ne traîne au Ministère de l’Administration territoriale et des collectivités locales. Nous avons des responsabilités pour délivrer des récépissés aux associations. Ma surprise a été grande d’apprendre que la fermeture des radios a un rapport avec les associations », a-t-il laissé entendre. « Donc, sur ce plan, pas d’ambiguïté, pas de fausse note, je n’ai rien à voir avec le dossier des radios », a-t-il rassuré. M. Pascal Bodjona qui était assisté de son collègue de la Culture, M. Yacoubou Hamadou, ancien président de la Ligue togolaise des droits de l’homme, s’est tout de même félicité de la liberté d’expression qui est manifeste dans le pays. Cependant, il précise que : « Toute liberté doit être entretenue ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s