POLITIQUE:Dialogue inclusif rencontre CAR et Faure Gnassingbé

Le parti de Me Apevon se dit préoccupé par les réformes constitutionnelles et institutionnelles
Suite à l’invitation de Faure Gnassingbé au dialogue inclusif et permanent (DIP), une délégation du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), conduite par son président Me Dodji Paul Apévon, a rencontré lundi 07 mars 2011 au palais présidentiel, le Chef de l’Etat assisté de Pascal Bodjona, ministre de l’administration territoriale et porte-parole du gouvernement. Après avoir proposé au Chef de l’Etat que les discussions bilatérales entreprises soient étendues à d’autres partis politiques, la délégation a remis à ce dernier, un document contenant les grands lignes des solutions proposés par le CAR. Lesquelles sont relatives aux déficits institutionnels qui, selon les responsables de ce parti, compromettent la bonne gouvernance du Togo en matière politique, économique et sociale

 

Dans son compte rendu à la presse du contenu des discussions avec Faure Gnassingbé ce lundi, le CAR a indiqué que le document transmis au Chef de l’Etat, constate que le Togo ne serait pas confronté à ces déficits institutionnels si le RPT (parti au pouvoir) n’avait pas fait voter en 2002, une loi qui a « vidé la constitution du 14 octobre 1992 de l’essentiel de son contenu.

Pour Me Apevon, la seule démarche aujourd’hui appropriée pour remédier à la situation institutionnelle qu’il qualifie d’anormale, créée par le RPT en 2002 et de régler le problème préoccupant de la limitation de mandat présidentiel, est de « rétablir la Constitution du 14 octobre 1992 pour, dit-il, redonner effet immédiat à son article 59 qui dispose : « Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois. En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats ».

Selon le parti, le rétablissement de la Constitution de 1992 facilite également le retour au mode de scrutin à deux tours pour l’élection présidentielle et les législatives.

« Lors de cette même rencontre, la délégation du CAR a fait savoir au Chef de l’Etat que les propositions immédiates des propositions de réformes dont les grandes lignes viennent d’être exposées ont fait l’objet d’une version détaillée à verser au dossier du cadre des discussions », précise la déclaration rendue publique lors de la conférence de presse tenue au siège du parti à Lomé.

Les responsables du CAR estiment par ailleurs, qu’en attendant que le cadre des discussions soit installé, ils demandent au pouvoir d’apporter des solutions aux attentes immédiates des populations.

« Le président de la République a répondu qu’il attendait discuter dans un premier temps avec les formations politiques ayant des élus à l’Assemblée Nationale et organiser ensuite des discussions élargies au sein du CPDC à réaménager le cas échéant ou dans un autre cadre à définir », souligne la déclaration.

Le CAR demande que le « projet » de loi constitutionnelle comportant, entre autres modifications, la révision des règles de composition et e fonctionnement de la Cour des Comptes et du Conseil supérieur de la magistrature, soit purement et simplement retiré du circuit.

Le parti demande ensuite la cessation immédiate de toute entrave à la liberté de réunion des partis politiques, des organisations de la société civile et des mouvements estudiantins sur le campus.

Il demande également que le projet de loi que le Gouvernement se prépare à faire voter pour réglementer les manifestations sur la voie publique, soit versé au dossier des discussions nationales, en raison de ses répercussions sur le processus démocratique.

« Nous demandons qu’un médiateur ad’hoc soit désigné dans les meilleurs délais en vue de faire lever les sanctions qui frappent les radios et autres médias de la place », indique le document comportant les mesures préliminaires.

Enfin, le CAR demande que des mesures appropriées soient arrêtées et appliquées dans les meilleurs délais en vue de réduire le prix des produits de première nécessité.

Dans sa logique de « Refondation de la République », le CAR a toujours fait de propositions concrètes pour l’instauration d’une véritable démocratie au Togo. Mais, le gouvernement peine à les mettre en application.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s