Le bilan du forum des paysans présenté aux journalistes

Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche Messan Kossi Ewovor a tenu jeudi une conférence de presse, rencontre au cours de laquelle il a expliqué aux journalistes, les acquis du Programme National d’Investissement Agricole et de la Sécurité Alimentaire (PNIASA) ainsi que les recommandations du dernier Forum national du paysan Togolais. Le PNIASA, selon M.Ewovor, est devenu une institution inscrite dans l’histoire du Togo. Ceci, dans le but de développer l’agriculture. Il a déclaré que ce nouveau programme d’investissement agricole ne vient pas remplacer les stratégies établies par le gouvernement dans la modernisation de l’agriculture, mais vient renforcer celles-ci.

« L’agriculture, comme le reconnaît le président de la République est le socle du développement. Je remercie tous les efforts consentis pour la réussite de ce forum. J’ai constaté la maturité des acteurs du monde paysan », a-t-il indiqué.

Selon lui, il y a des conditions pour la réalisation de la campagne agricole 2011-2012: « Comment prendre en charge le PNIASA afin de traduire en réalité les engagements du président de la République ? Pour ce faire, nous devons tous nous approprier de ce programme, mettre tout en œuvre en collaboration avec les paysans », a-t-il expliqué.

Il a par ailleurs révélé qu’à part le prix de l’engrais qui sera pour cette année à 11 000 francs, l’Etat a déjà pris et mis en application les prix des semences qui seront pour cette année à 100 francs le kilogramme de semence.

« Le gouvernement contribue ainsi à une subvention de plus de deux milliards de nos francs sur l’engrais, tout ceci, dans le but de faire la promotion de la culture des intrant céréaliers et améliorer la production. Aussi, le labour d’un hectare se fera à 20. 000 francs », a promis M.Ewovor.

Le ministre a cependant reconnu que le secteur souffre du déficit de sa mécanisation et selon lui le gouvernement fait tout pour favoriser les agriculteurs.

« Il y a deux tracteurs par préfecture au Togo. C’est un déficit. Mais le gouvernement fait tout pour acheter d’autres matériels pour assurer la production. Cette volonté de développement de l’agriculture doit être l’affaire pas seulement de l’Etat, mais aussi des acteurs privés », a précisé M.Ewovor.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s