Côte d’Ivoire : des renforts pour l’Onuci

En Côte d’Ivoire, la diplomatie cherche toujours une issue, en évitant la force : Laurent Gbagbo s’est vu offrir l’amnistie par les émissaires africains s’il rend le pouvoir. Tandis que le Premier ministre kényan appelle les organisations régionales à poursuivre leurs efforts et à envoyer une nouvelle mission en Côte d’Ivoire, le Conseil de sécurité de l’ONU, qui e réunissait ce mercredi 5 janvier 2010, va demander 1000 à 2000 casqus bleus supplémentaires pour la Cote d’Ivoire car sur place, la situation est loin d’être rassurante.

Présidentielle en Côte d'Ivoire
Présidentielle en Côte d’Ivoire

L’Onuci explique que depuis le 29 décembre dernier, la télévision d’Etat, la RTI, a commencé une campagne médiatique hostile. Pour l’Onuci, cette campagne qui la vise est planifiée au plus haut niveau dans l’entourage du président Gbagbo.

D’après la mission de l’ONU en Côte d’Ivoire, la télévision nationale diffuse sans arrêt les images de deux personnes présentées comme les victimes de tirs d’une patrouille de l’Onuci à Abobo. L’Onuci avait bien confirmé, le 30 décembre, un incident impliquant une de ses patrouilles, la veille, à Abobo, ce quartier du nord d’Abidjan, mais avait formellement démenti avoir tiré sur une foule hostile.

Violations des droits de l’homme

Laurent Gbagbo en personne avait accusé la mission d’avoir tiré sur des civils et exigé à nouveau son départ de Côte d’Ivoire. L’Onuci, qui avait déjà dénoncé les appels à la haine de la RTI, demande maintenant l’arrêt immédiat de cette campagne négative.

L’Onuci dénonce également des violations des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, avec l’attaque d’éléments armés, envoyés par le camp du président Gbagbo mardi 4 janvier à Abidjan, sur le siège du PDCI, le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, siège de la coalition pro-Ouattara, et qui a conduit à de nombreuses arrestations arbitraires et des victimes. Le gouvernement Gbagbo a d’ailleurs confirmé cette attaque, affirmant qu’un militant pro-Ouattara avait été tué, 63 personnes interpellées et huit autres blessées, dont sept policiers.

Une situation qui se dégrade, selon le Conseil de sécurité des Nations Unies

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

C’est un rapport alarmant qui est entre les mains du Conseil de sécurité des Nations unies. Le récit du chef des opérations de maintien de la paix, Alain Leroy, fait état d’une situation qui se dégrade et des obstructions au travail des Nations unies par les autorités ivoiriennes.

Les pays membres du Conseil ont constaté que l’engagement de Laurent Gbagbo à lever le siège de l’hôtel du Golf n’a pas été tenu et que les soldats de l’ONU sont empêchés de se déplacer librement, ou d’enquêter sur les accusations d’agressions à l’encontre de civils et de charniers. Le Conseil s’est également inquiété d’un discours violemment anti-ONU relayé par la Radio Télévision Ivorienne.

Sanctions individuelles

La question des sanctions individuelles à l’égard de Laurent Gagbo et de son entourage a de nouveau été évoquée. Certaines délégations sont maintenant plus ouvertes à cette option, a confirmé un participant de la réunion.

Le Conseil a également entendu la demande de renfort des forces onusiennes, pour protéger notamment le quartier général d’Alassane Ouattara. Le nombre de soldats pourrait passer dans les prochaines semaines de 8650 à 10 650 hommes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s